SALACROU, Armand (9 août 1899 - 25 novembre 1989)




Intérêt
Armand Salacrou (9 août 1899 - 25 novembre 1989) est un écrivain français, auteur pour le théâtre.

Après une enfance au Havre, où il publie, à 16 ans, L' Éternelle chanson des gueux - il s'y indigne du décalage entre la misère du port et de la fortune des armateurs -, Armand Salacrou vient à Paris en 1917 suivre des études de médecine, de droit et de philosophie avant de devenir journaliste puis cinéaste.

Mais il passe une bonne part de son temps à fréquenter les surréalistes, les théâtres et les peintres, guidé par ses amis d'enfance GeorgesLimbour et Jean Dubuffet . Il y débute une extraordinaire collection de tableaux et, surtout, commence à écrire des pièces de théâtre d'inspiration surréaliste qui ne connaissent guère le succès.

Sa rencontre avec Charles Dullin lance sa prolifique carrière dramatique. C'est avec lui que Salacrou connaît ses plus grands succès : Une Femme libre (1934), L'Inconnue d'Arras (1935) — qui imposa une nouvelle approche du temps et de l'espace théâtral —, Un Homme comme les autres (1936), La Terre est ronde (1937) ou L'Archipel Lenoir (1947).

Mises en scène et jouées par les plus grands - Les Nuits de la colère : compagnie Renaud-Barrault, puis Strehler (1945-46), Poof : Yves Robert (1950), André Reybaz : Boulevard Durand (à partir de 1961), Les Chardons : Michel Vitold, Comédie française (1964), -, ses pièces triomphent dans de nombreux pays. Homme de théâtre, Salacrou est également un préfacier et un essayiste remarquable, aux idées toujours d'actualité : Les Idées de la nuit, à Pied au-dessus des nuages, Vie et mort de Charles Dullin... Ses mémoires, Dans la salle des pas perdus, séduisent par leur franchise inhabituelle. Salacrou est également le dialoguiste de La Beauté du diable, filmé par René Clair. Il fut président de l'Académie Goncourt et de la S.A.C.D.

Mélangeant habilement les tons, son théâtre dénonce les injustices sociales et s'indigne de l'absurdité angoissante de la mort. à l'écoute de la vie quotidienne, il demeure un témoignage privilégié d'un siècle mouvementé. Son incessant combat pour que les jeunes artistes trouvent un lieu et une écoute leur permettant de faire leurs preuves en est un prolongement.


(Source : texte de Thierry Firquet, étudiant-chercheur université Nancy II)



Évaluation 100.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2011-05-06 03:55:59