BOURSAULT, Edme (1638-1701)




Intérêt
Edme Boursault (octobre 1638 - 15 septembre 1701) est un homme de lettres et dramaturge français, né à Mussy-L’Évêque (aujourd’hui Mussy-sur-Seine) dans une famille bourgeoise. Selon ses biographes, son père se souciait peu de l’éducation des enfants et à son arrivée à Paris, en 1651, le jeune Boursault ne parlait ni le français ni le latin mais seulement le patois de sa région. Il reçoit dans la capitale l’enseignement du poète Des Barreaux et écrit ses premières pièces à l’âge de quinze ans. Celles-ci auraient été jouées au Marais mais elles n’ont jamais été éditées.

Admis à la cour, grand admirateur de Corneille — qui devient son protecteur — il participe activement aux querelles littéraires du côté de son maître, écrivant des pièces de théâtre. Elles font de lui successivement l’ennemi de Molière — ce dernier, attaqué par Boursault dans la comédie Le portrait du peintre ou la contre-critique de l’école des femmes (écrite contre Les Femmes savantes, 1662) le ridiculise sévèrement dans l’Impromptu de Versailles (1663) —, de Boileau-Despréaux — après Les Satires —, et enfin de Racine — après Britannicus.

Il écrit en 1671 un livre intitulé Ad usum Delphini : la véritable étude des souverains. Grâce à ce dernier, il se voit proposer la charge de sous-précepteur du fils de Louis XIV, mais il doit refuser cette offre car il ne connaît pas le latin. Contre les conseils de Corneille, il refuse encore, « par modestie », de postuler à l’Académie Française. Finalement, c’est la charge de receveur des Tailles qui lui permet de vivre confortablement en s’adonnant à l’écriture.


Son théâtre, dont les œuvres à succès sont assurément Le Mercure Galant, Ésope à la Ville et Ésope à la Cour, a été publié en 3 volumes in-12 en 1725. Son œuvre compte également des romans, des lettres, des fables, des épigrammes et bons mots.

1. Œuvre

  • Le Mercure galant (Théâtre)
  • Le médecin volant (1661) (Théâtre)
  • Le jaloux endormi ou le jaloux prisonnier (1661) (Théâtre)
  • Les deux frères gémeaux ou Les Nicandres (1664) (Théâtre)
  • Le marquis de Chavigny (1670) (Roman)
  • Artémise et Poliante (1670) (Nouvelle)
  • Ne pas croire ce qu’on voit (1670) (Nouvelle)
  • La véritable étude des souverains (1671) (Traité de morale politique)
  • Germanicus (1673) (Théâtre)
  • Le prince de Condé (1675) (Roman)
  • Méléagre (1684) (Théâtre)
  • Esope à la ville (1690) (Théâtre)
  • Phaéton (1693) (Théâtre)
  • Les mots à la mode (1694) (Théâtre)
  • Esope à la cour (1701) (Théâtre)
  • Treize lettres amoureuses d’une dame à un cavalier (1701) (Roman épistolaire)
  • Lettres de Babet (1701) (Roman épistolaire)

2. Référence



Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2011-05-06 04:15:53