Claus, Hugo. Gilles et la nuit. Paris, Calmann-Lévy, 1995. Première édition.

Claus, Hugo. Gilles et la nuit. Paris, Calmann-Lévy, 1995. Première édition.

  • 30.00 €

Intérêt
Gilles et la nuit est un monologue pour le théâtre qu’habitent, pourtant, trois voix distinctes : celle de Gilles, qui est celle qu’on entend (imaginez : sur scène, il est le seul présent.) Celle de Jeanne, qu’il a suivie comme modèle —ou par amour— ne cesse de le hanter par-delà sa mort : sa perte est vécue comme une trahison impardonnable. Enfin, la troisième voix est celle du chœur formé par le public, juge et accusateur à la fois. Cette dernière, inaudible, toute en présence silencieuse, sert de contrepoint à la colère du condamné et donne toute sa force à l’œuvre.

Gilles, c'est Gilles de Rais, maréchal de France et grand du royaume, compagnon de Jeanne d'Arc qui est désormais déchu, accusé des pires crimes et enfermé dans une cellule pour y attendre la sentence de mort — le personnage qui aurait inspiré, en littérature, la figure de Barbe Bleue. Dans le huis-clos du cachot se déroule le véritable procès du monstre.

Tout à la fois une allégorie de la lutte éternelle entre le Bien et le Mal en chacun, une fable sur la faiblesse humaine et une interrogation profonde sur le libre arbitre, le texte de Gilles et la nuit, foncièrement pessimiste, ne laisse indifférent. Mais, au delà de la trame narrative, ce qui touche —comme souvent chez l’auteur, le Belge néerlandophone Hugo Claus[1]— c’est la dimension universelle du personnage et de ses questionnements.

Pour en apprécier d’avantage la justesse, on relira avec profit, sur le même thème, le Là-Bas de Huysmans, l’ouvrage de G. Bataille, ou encore le texte de la conférence interdite d’Aleister Crowley.

« Je suis la faute. Je ne peux me placer en dehors de ma faute. » Seul face à ses juges, lâché par ses amis et ses pairs, accablé par les familles de quelque cent quarante enfants qu'on l'accuse d'avoir violés, assassinés, dépecés, Gille de Rais, seigneur du Champtocé et Pouzauges, maréchal de France, répond à ses inquisiteurs. Tour à tour méprisant, furieux, blessé, il se bat comme un diable contre ceux qui l'ont jugé et condamné d'avance. Gilles, le compagnon de Jeanne d'Arc, trouve le sens de sa révolte contre les hommes et contre Dieu en assumant l'impardonnable. » (source : quatrième de couverture.)


Un volume in-8 oblong broché sous couverture souple. Première édition en Français (1995), désormais épuisée, de ce texte rare, dans la collection « Petite bibliothèque européenne du XXe siècle » chez Maren Sell / Calmann-Lévy (traduit du néerlandais par Vincent Marnix et adapté par J.-C. Carrière à partir de l’original, intitulé simplement Gilles). Achevé d’imprimer en décembre 1994.



Catégorie (1) Livre broché 
 
Catégorie (2) Texte rare 
 
Catégorie (3) Livre moderne 
 
Catégorie (4) XXe siècle 
 
Catégorie (5) Théâtre 
 
Catégorie (6) Littérature 
 
Évaluation 0.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2017-07-03 08:01:25